La robe again (1)

Anna se tenait face au miroir dans une robe cousue d’ors et de brocarts. Ses yeux brillaient de plaisir. Autour d’elle, une multitude d’étoffes étaient répandues sur le sol.

Le bustier de velours noir crissa sous ses doigts lorsqu’elle l’ajusta sur sa peau. Un frisson glacé parcourut son corps et ses nerfs se tendirent légèrement. Le tissu résistait imperceptiblement et refluait vers sa gorge.

Anna soupira. Le tissu battait comme un cœur sur sa peau et ses mains frémirent sur les fils un peu rêches de la couture qui épousaient la courbe de la poitrine.

Elle tenta de calmer son impatience. Il fallait juste laisser le tissu tomber et s’ajuster. Elle s’absorba dans la contemplation du velours qui luisait dans la pénombre. Il irradiait et vibrait de toutes ses fibres patientes et languides. L’air, épais et lourd,  le velours, sa touffeur, sa densité, la fit presque suffoquer.

La robe semblait s’animer d’une vie propre sur son corps, jouer d’arabesques et de plis, se moquer de sa chair de femme éprise.

Le tissu s’élançait gracieusement vers l’épaule dans une tonalité suave et tendre, prise dans le taffetas orange, léger et aérien. Il rencontra le velours dans un bruissement imperceptible, un accord tacite et amoureux.

Anna attendait l’homme qui … (la suite)

Publié dans :

© Tous droits réservés – 2020 –Anna R.Gangloff

illustration : Héloïse Dorsan Rachet, tous droits réservés

6 commentaires

  1. C’est toujours un grand plaisir de relire ce texte, je ne m’en lasse pas. J’y découvre de nouvelles choses à chaque fois.

Répondre à Héloïse Annuler la réponse.